vidéo-écriture

immobilité verticale.

Ton chant me fouaille, notes de peuTa nuit monte en moiCrampes de sangJ’arpente tes longs silencesTu es énigme, sens. Tu …

langue renonce (variation).

l’autre, la voix poursuit succombe à la parole, onguentmais les mots se fichent du sens ce qui se dit, sitôt …

j’aboie l’absence.

de lieu commun en éclat de sens, mots se délientje chute, tendue comme brutalité de rêves je crie, verticale liturgie …

entre tes poings.

reviens, avantelle ditreviens avant, sans mot après l’avantelle s’arrête avantcomme qui faute déjàs’empêche comme pardons’empêche prolixereviens, avantentre reviens et avant, …

tu immobilises mon errance.

entre ton épaule, ton cou peau me mordtes creux, flux sur mes paupièresje me perdsle temps désormais ombres, morceaux de …

me meus dans tes plis.

tu te tiens au seuil; m’étourdis déjàtu surgis, improbable au seuil et tu me précipitesébranles vie, barattes ses virgules et …

écrire l’écrire, ressac. (8)

poursuivre écrireécrire ça ou riença… ou balbutier imbécilelèvres déchirées sur confus regrets et toujours cette main inquiète écrire escarmouche avec …

l’empreinte.

Je te rêve. Tes yeux seraient bleus, ton regard, poigne. Tu cours, fuis. Ton corps dans mon sang. Ton visage. …

marmelade de ténèbres.

me tais bercée d’obscuritéme coule, plomb nuit et ses instants cieuxm’arrête, peau et chair mues par l’élan me fais vitre …

un regard de sel.

Tu n’apparais pasil t’évite par clichés sur toi resserréset ça noie l’absencel’écran, c’est sans toi; ton tout éclatésans tes petits …

je ne m’aime pas.

je ne m’aime pas dit l’homme, lèvres d’enfant le dit vite, comme riposte l’instinct aimer du Je se retranche je …

pays de sang sonore.

ça commence sur des airs voyage vacancessuffit de regarder le pays comme paysage de penser météo et promenadede deviner le …

si je boude?

si je boude? et t’aime dos tournéma bouche est trappe j’ai vieilles rancunes ta main et tu me sursautes toutesi …

brindilles de lettres.

on ne se promène pas, on parle aux lisièresvoir si la ville se clôt, là où l’eau se refermeconfins où …

tu te jettes vivant.

tu te jettes vivantquels seins pour te rattrapercomme petit et virevoltes d’airs désormais enclos en un corps-bataillestu le cognes aux …

terre déroute.

puis c’est terre terre comme peauterre comme déroute et mer par replion répète le retour, de nouveaux départsfilmer, pays à …

aplomb perdu.

j’ai raté l’avion confondu partir et arriverBeyrouth, Paris en un seul horaire, ramassésc’est qui ton pays me demande petit frèrej’ai …