texte

tu es peau de sa bouche.

tu langages erreur sur son visagetes sons sous sa languedénonce, lune dans tes creuxla nuit deux de son silencetu es …

mon merci.

s’égouttent les mots ma pudeur mon merci ta main que je ne peux paspoigne de joie tasséeà nos pieds gravesmerci …

nos noms, esprit-chair.

matinle monde te revient contours formes tu délires les murstu poursuis la matière tu ne nommes pastu t’arrêtes entre les …

chroniVirus.

confinement, covid… des mots sans chair et nous humains désarçonnés. (15) nuances solitude/isolement ; les éprouver jusqu’à la lie. (14) …

grève(s).

c’est mieux que rien me dit-il ; rien n’est mieux que rien, je réponds convaincue, mais sans me comprendre. (49) aujourd’hui …

le corps dans sa croupe.

Elle ne se souvient pas des arbres. D’ombre ni de feuillage. La cour de son école est grise, sèche. Son …

blanches parallèles.

Les grilles sont blanches, immaculées. Tissage de ferraille qui filtre vent, lumière. Qui filtre le bleu, pas très bleu, du …

exils de table.

« chez toi, les meubles ont des pieds », ta mère aime se faire taquiner, les pieds qui bougent, c’est elle, sa …

pays-corps, Liban.

Je le disais terre, pays chair. Pays corps. Le pays mon corps, sa soif. Les plages de ses cieux nous …

par terre.

Le sol c’est pieds et mains, le sol c’est peau qui colle et claque, sol présence sous soi et ça …

jeddo.

Je ne suis pas allée à ton enterrement. L’exil, pourvoyeur de prétextes. Distance, travail, coût du voyage… excuses, prêtes à …