entre ton épaule, ton cou
peau me mord
tes creux, flux sur mes paupières
je me perds
le temps désormais ombres, morceaux de toi
ténu instant entre épaule et cou
je m’égare
seule ton embrasure
courbe rescapée d’un envol de cheveux
comme habit qui tombe et nudité
ta peau, ses grains
je me suspends à l’absurde
t’aimer en ce frêle lieu de toi
lignes et biffures de raison
m’abîmer, cavité entre épaule et cou
ce ne sera pas baiser
mon ardeur, lèvres briguées par ta transparence
idiote d’amour
je t’envahirais
diaphane cannibale
t’emplirais langue
mais tu immobilises mon errance d’un geste
ta main me déconcerte
tes doigts à peine et je suis toute
échouée sur ton regard impavide

la vidéo réalisée avec ce texte est également visible ici:

https://graciabejjani.fr/2019/07/03/tu-immobilises-mon-errance-video/