elles ont toujours tremblé

les routes battent sans tes pieds
te bousculent, un jour sera fin
trop rapide, diraient tes yeux assaillis
la vie te court devant 
sols comme pages, tes pas de mots
tu écris avec l’oubli, contre les violences tues
tu ne retiens pas la mémoire, sa fuite étroite (extrait)

réalisée dans la cadre des vases communicants
Images : Juliette Cortese – Texte et voix : Gracia Bejjani

#LittéraTube​​​ #VidéoEcriture​​​ #poésie​​​ #écrire #vasescommunicants

micro journal 234-2023.01.06