Pâques, odeurs de beurre et de fleur d’oranger.

À l’approche de Pâques, les femmes pensent maamouls. Les maisons sentent longtemps la semoule. La fleur d’oranger. La cuisson du sucre, l’odeur du bon gras.
Les feront-elles cette année? Combien, le kilo de pistaches? Les amandes. Les dattes, à la limite. Quoique, même les dattes. Et le beurre. Les feront-elles cette année ?
– Je vise 200 pièces au minimum… ça part vite… faut avoir assez… les invités… pour nous… faut pas manquer… puis voilà c’est comme ça… mieux vaut faire plus que moins.
À l’approche de Pâques, les femmes se réunissent par groupes pour alléger la besogne. Et l’égayer…. (extrait)
>> la suite sur Ici Beyrouth rubrique hebdomadaire, « Brouillons de Culture »,