rues croisées, je ne sais rien
comme penser sans alphabet
le front s’acharne mais l’instant est masse, refuse tout solfège
perdue en terre de commune langue
calque de réel, ma folle excitation d’y troquer son soi
exceptés les pieds, tristes à la traîne