parler pour s’entendre vivre.

on aplatit les souvenirs, on amoindrit le drame
qu’ils soient crédibles, lisibles
désastre et banalité en même main
vous ne parlez pas de la guerre, il me dit
il n’aura pas de feux d’artifice
fossilisés depuis dans nos rues ordinaires
on garde des images d’immeubles au sol
pierres agenouillées sans dieu à prier (extrait)

micro journal 215-2021.08.07