comme nuit
ses silences aux vitres maladroites
comme nuit, j’attends courbe
vaine intranquille
j’attends le passé, gestes perdus
l’enfance au calme faux (extrait)

musique : Omar Yagoubi, « furioso »

#LittéraTube #VidéoEcriture

micro journal 132-2020.08.11